Livraison et retour gratuite, en SUISSE

MODE » 2_rcourtes


Robes Cocktails

À la fin de la Première Guerre mondiale, la couture française dépend assez largement de la clientèle américaine et, dans une plus large mesure encore, des grands magasins américains qui copient et promeuvent les créateurs français. Le cocktail étant né aux États-Unis, les Français accordent moins d'attention aux désignations strictes de ligne, de coupe et de longueur que les périodiques américains préconisent pour leur heure de l'apéritif. Alors que les pyjamas de plage français gagnent en popularité, Louise Boulanger produit les robes du studio - des fourreaux chics mais plutôt informels qui conviennent à l'hôtesse de cocktails privés.

Avec la popularité croissante des voyages, tant dans les villes de villégiature américaines comme Palm Beach, "le terrain de jeu des millionnaires", qu'à l'étranger avec le luxe de la Riviera, ces vêtements de cocktail français ont gagné la faveur des cercles américains aisés.

Mais tandis que l'élite américaine faisait la promotion des modèles exclusifs de la couture française, la majorité des Américains s'en remettait aux publicités de Vanity Fair et American Vogue, ainsi qu'à leur clientèle des grands magasins américains, pour s'habiller à l'heure du cocktail. Bien que les tenues de cocktail aient conservé les manches plus longues, les décolletés modestes et les ornements épars des vêtements de jour, elles se sont distinguées par des exécutions en failles ou en satins de soie du soir, plutôt qu'en crêpes de laine ou en gabardines.

Souvent, la seule différence entre une robe de jour et une robe cocktail était un tissu noir et un élégant chapeau de cocktail.

 

La Robe cocktail pour le grand public 

Christian Dior a été le premier à nommer la robe de début de soirée "robe de cocktail" à la fin des années 1940, permettant ainsi aux magazines, aux grands magasins et aux créateurs parisiens et américains rivaux de promouvoir la mode avec une terminologie spécifique aux cocktails.

Le Vogue de Paris a publié des articles intitulés « Pour le cocktail », tandis que les publicités de Vanity Fair célébraient les textiles « coton de cocktail ». Les sets de cocktail, les tissus d'intérieur imprimés de martinis et les publicités pour les cocktails ont tous encouragé la culture des cocktails axée sur la consommation qui était devenue partie intégrante de la conscience américaine en 1960.

Bien que Pauline Trigère, Norman Norell et d'innombrables couturiers parisiens aient continué à produire des modèles de robe cocktail pendant une bonne partie de la décennie suivante, les lignes libérées des ensembles pantalon-palazzo de Galitzine et des combinaisons d'Emilio Pucci ont facilement remplacé la robe de cocktail formelle dans les circuits de cocktail européens et américains privatisés des décennies suivantes.

Aujourd’hui cependant, cette robe iconique revient à la mode ! Si vous êtes intéressé(e), n’hésitez pas à faire un tour sur notre site pour voir de beaux modèles de robe cocktail


6-BELLE-VUE 

37.-CHF 

6-AVENTURE 

   58.-CHF   SOLDES 35.-CHF  

6-110

     58.-CHF 

6-106 

18.-CHF

6-BRILLANT

  37.-CHF

6-108   

     51-CHF   SODES 25.-CHF  

              1-SION 

167.-CHF   SOLDES  67.-CHF   

  6-PETUNIA    

         142.-CHF

6-12

     47.-CHF

6-HERAS  

68.-CHF 

6-LYS

    68.-CHF 

6-OCEANE

 51.-CHF 

6-PARIS 

45.-CHF 

6-111

  176.-CHF 

7-09

     39.-CHF 

7-10

34.-CHF

6-109

  55.-CHF   

7-03

     63.-CHF    SOLDES 22.-CHF

6-3519

174.-CHF

6-211

   173.-CHF 

6-112

      182.-CHF

6-5612

156.-CHF   

Nos clients se sont arrêter sur ces articles. 

2-BOSTON

179.-CHF 

5-DES-54

17.-CHF

35-ZERMATT

 65.-CHF